Arts & Crafts – 1. Les Débuts

Mouvement artistique qui apparait dans le dernier quart du 19ème siècle en Angleterre; bien avant tous les autres mouvements en Europe. C’est un des mouvements artistiques les plus aboutis et les plus influents par ses ramifications à travers le monde; et ce surtout pour les valeurs qu’il a prônées et sui ont persisté jusqu’à nos jours.

Ce mouvement s’est d’abord étendu en Europe, puis dans le monde entier pour s’étendre jusqu’aux Etats-Unis et au Japon.

C’est un véritable mouvement fondateur car l’esthétique au sein de laquelle nous évoluons encore de nos jours doit beaucoup à ce mouvement Anglo-Saxon du 19ème siècle.

John Ruskin

Le mouvement est né d’une révolte et il a acquis son nom de l’abréviation de « Arts and Crafts, exhibition society », mouvement créé en Grande-Bretagne par William MORRIS, artiste, sociologue et critique d’art. La révolte en question n’est autre que la réaction violente des jeunes artistes anglais à l’industrialisation massive initiée en Angleterre aux alentours de 1840.

Le plus acteurs les plus notables de ce mouvement seront les artistes et théoriciens John RUSKIN et William MORRIS qui vont expliquer dans leurs ouvrages théoriques respectifs comment ils ont découvert la médiocrité de la production mobilière contemporaine à l’occasion de l’exposition Universelle de Londres en 1851.

L’Angleterre était alors un pays phare de la production manufacturée et industrielle , ce qui n’empêche pas aux jeunes artistes de plonger dans un profond désarroi à la vue de l’éclectisme esthétique laid des productions exposées dans le cadre de l’exposition  Universelle, leur laissant l’impression d’un immense bazar et d’une indescriptible confusion esthétique. Les meubles sont « tarabiscotés » et dépourvus d’un style sûr et certain; les produits industriels étaient grossiers,… les artistes furent si choqués qu’au lendemain de l’ouverture de l’exposition, ils décident de se regrouper pour repenser en termes neufs l’Art Occidental et son environnement et fondent alors un premier mouvement nommé « the esthetic discontent », « l’esthétique du mécontentement  » .

William Morris

Il s’agit d’un mouvement militant car les jeunes artistes pensent avoir un rôle social mais surtout moral, à l’instar de John RUSKIN, considérant l’industrialisation comme la destruction de la culture anglaise. Tous ont pris conscience des effets destructeurs du libéralisme, constatant l’affaiblissement du niveau de vie des ouvriers et des classes moyennes ainsi que la désertification des campagnes; due à l’exode rural vers les villes.  Se constitue alors en ville un prolétariat miséreux que tous les artistes ont voulu réhabiliter, à leur mesure afin d’enrayer l’avilissement des classes défavorisées.

On peut donc dire que ce mouvement dépasse largement des considérations purement esthétiques pour atteindre des enjeux sociaux et politiques.

Arts and Crafts par Brigitte Ducousso-Mao et Krista Leuk (Une émission Canal Académie)

La suite : « Arts & Crafts, 2. La révolte et l’expansion » ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :