Arts & Crafts – 2. La révolte et l’expansion

Tissu fleuri Arts and Crafts

L’Angleterre à été un des premiers pays à connaitre l’industrialisation massive, particulièrement dans le domaine du textile; et c’est au cours du 19ème siècle que l’Angleterre domine le continent Européen dans le domaine technique. Cette expansion se poursuit jusqu’en 1850, date à laquelle la production industrielle a été ressentie comme un phénomène intolérable par les artistes, personnalités cristallisant le social, qui ont décidé de mettre un terme à ce débordement industriel. Ils ont dénoncé cette décadence esthétique et ont cherché à moraliser l’art au profit d’une esthétique purifiée, aux formes renouvelées… Cette crise esthétique s’est étendue peu après aux rapports sociaux. Arts and Crafts a été un véritable vent de révolte qui s’est levé contre l’égoïsme des classes dominantes, seulement préoccupées par la productivité et complètement aveugles sur les réalités sociales et culturelles de l’Angleterre. John Ruskin, philosophe, sociologue et critique d’art, va alors chercher à montrer que le seul modèle de la nature était acceptable. Dans son ouvrage Les pierres de Venise, il proclame que toutes les belles oeuvres d’art doivent imiter les formes de la nature; soit intentionnellement, soit accidentellement, car il voyait dans la beauté de la nature l’oeuvre de Dieu.  Il s’agit par conséquent d’un mouvement idéaliste par excellence. Il se révolte aussi ainsi contre le division du travail qui sépare et isole les individus.

Dalle céramique aux lièvres rouges

On peut traduire « Arts and Crafts » par « Arts et Artisanats ». C’est donc un mouvement qui s’est constitué dans une perspective réformiste et tous les artistes qui y participèrent avaient pour mission d’améliorer la vie quotidienne et domestique des classes défavorisées par le biais des arts décoratifs. C’est sans doute l’aspect idéaliste du mouvement, sous-tendu par une haute éthique, qui lui a permis d’avoir un effet profond, durable et transnational.

John Ruskin et son disciple William Morris entreprenaient dans le cadre de ce mouvement une réforme radicale de l’architecture anglaise et des aménagements intérieurs. Ils ont modifié la manière de vivre par le biais du cadre de vie, et on parle parfois à propos de ce mouvement de « domestic revival » (« renouveau domestique »).

Ce mouvement s’opposait à la machine, mais ils n’étaient pour autant pas hostiles à la production mécanique. Ils ne considéraient pas la fabrication en série comme l’ennemi du renouveau; ils voulaient élever la qualité des produits manufacturés – produits qu’ils préféraient avec les produits artisanaux – ou industriels. Les partisans de « Arts and Crafts » pensaient que l’artisanat était producteur de créations beaucoup plus « humaines », mettant l’homme au centre de l’innovation.

La "Red House" de William Morris, manifeste du mouvement Arts and Crafts

Entre 1860 et 1870, les artistes de ce mouvement ont été amenés à concevoir de nouveaux idéaux pour les arts décoratifs. Ils ont cherché à reconstruire l’architecture par l’extérieur par le biais de la façade et par l’intérieur par le biais de l’art domestique. Ils ne s’agissait pas seulement de fabriquer et de diffuser des objets mieux réalisés, ce qu’ils voulaient, c’était avoir une attitude au-delà des modes, qui repose sur l’idée que l’architecture et les arts peuvent changer la société. Presque tous les artistes ayant pris part au mouvement avaient été formée à la Royal Academy de Londres et étaient pétris des écrits de John Ruskin. On peut parler de « Ruskinomanie ».

William Morris à initié l’idée reprise par le mouvement « Arts and Crafts » que les arts mineurs (artisanat) et les arts majeurs (peinture sculpture et architecture) ne devaient pas être hiérarchisés. L’artisan devient alors un créateur au même titre que les « artistes » classiques, dans le cadre d’un large plan de « promotion » des travaux manuels.

Le mouvement tentait de renouer avec le fonctionnement des « guildes » médiévales au sein desquelles les fabricants et les créateurs n’étaient pas dissociés.Ils voyaient dans cette coopération serrée la recette d’une unité dans le produit achevé.

Ainsi peut-on résumer que l’ « Arts and Crafts » était un mouvement artistique, artisanal et social promoteur de créativité, de perfection calquées sur le modèle divin de la nature.

  1. 12 mai 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :